CONGO-B : Vang’sy GOMA milliardaire, merci mémé Antoinette Sassou Nguesso !

La presse afro-optimiste, et complice,le présente volontiers comme le créateur du “UBER” Africain. Sur la lagune ivoirienne et en papier glacé le jeune homme présente bien. Il est passé par la maison mère la Fondation Congo Assistance où il a appris le métier visiblement.
Voici le portrait de Vang’sy Goma petit fils d’Antoinette Sassou Nguesso et escroc.

 

LE DÉTOURNEMENT DE FONDS PUBLIC : UNE AFFAIRE DE FAMILLE.

Chez les Nguesso, on vole en famille, c’est la base. AFRICAB Côte d’ivoire au capital de 1 million CFA appartient à une mystérieuse société d’investissement CEMAC CAPITAL (99 parts) et à Gabrielle Claire Hadja épouse Goma (1 part). Dans cette première coquille c’est Madame qui est exposée.

Un enchevêtrement de sociétés cache le propriétaire majoritaire : AFRICAB GROUP au capital de 10 000 €, à l’Ile Maurice, mentionne Vang’sy Goma comme CEO et AFRICAB UK LTD laisse apparaitre un Vang’sy Olivier Goma Kany comme Business Owner à Londres.

AFRICAB Côte d’Ivoire, pour la réalisation du service, AFRICAB UK LTD pour la facturation bancaire et Maurice pour les facilités fiscales,  le schéma de facturation entre les sociétés est classique. Vang’sy est titulaire d’un passeport diplomatique congolais ce qui facilite grandement son ballet entre Maurice, la Côte d’Ivoire et le Royaume Uni.

 

SUIVEZ L’ARGENT ET VOUS REMONTEREZ TOUJOURS JUSQU’À NGOULI

Vang’sy Goma Kany est le fils de Blandine Malila, fille d’Antoinette Sassou Nguesso et directrice de son cabinet. Dans une lettre de recommandation, elle plaide pour “l’équipe dirigeante de CEMAC CAPITAL qui fait de la distribution de véhicules bon marché avec l’aide du constructeur chinois HAWTAI.

CEMAC CAPITAL, dont Vang’sy Goma dit être le Directeur Général, est le fond d’investissement à l’origine du projet AFRICAB.

Il y a CEMAC CAPITAL LTD, holding immatriculée aux Seychelles avec siège social au Congo : financement de projets, consulting, intermédiation (monnayage de sa proximité avec Ngouli) dans les secteurs comme le transport, les télécoms, les métaux précieux etc.

CEMAC CAPITAL est donc l’outil de collecte des pots de vin nécessaire pour faire des affaires au Congo en passant par Blandine Malila et son fils.

AFRICAB Côte d’Ivoire  appelle des fonds en décembre 2015 à CEMAC CAPITAL CONGO pour un montant de un demi-milliard de FCFA et l’argent est entièrement viré par la BGFI BANK de Jean Dominique Okemba le patron des Services secrets congolais. Un autre virement de 200 000 € de CEMAC CAPITAL par la BGFI BANK est allé à une société belge CPS AFRICA filiale de CFAO GROUP avec un compte domicilié chez la Société Générale belge.

L’origine de l’argent de CEMAC CAPITAL CONGO reste un mystère. Il s’agirait d’une sorte de “fond souverain” de l’Etat Congolais déguisé pour échapper aux nombreux créanciers.

 

JOUER À L’ENTREPRENEUR AVEC MAMIE NGOULI COMME CHAPERON

Fonction : Petit fils du président de la République

L’entreprise AFRICAB est une arnaque destinée à enrichir des fournisseurs véreux et certainement à se faire reverser des rétro-commissions juteuses à Maurice ou aux Seychelles. La rentabilité économique de projet est nulle, l’entreprise est insolvable pour les prêteurs avec une dette de 2 milliards de FCFA en 2016.

Qu’importe, Vang’sy joue à l’entrepreneur, dans les comptes courants de AFRICAB il se réserve une somme due de 3 milliards pour lui même via CEMAC CAPITAL et de 200 millions pour son épouse.

Le temps d’attente est long et le service déplorable chez AFRICAB. Les clients principaux sont des sociétés ayant déjà des affaires avec la grand mère Antoinette Sassou Nguesso ou désireuses d’entrer dans le cercle de la mafia de Ngouli qui fait ici caution. Il y a Socimat Lafarge Holcim, CFAO, Navette Sofitel, Heden Hotel Golf, Unilever etc.

Les fournisseurs aussi sont des sociétés ayant déjà des affaires avec la grand mère et qui ferment les yeux sur l’insolvalibilité chronique d’AFRICAB :Total CI, MTN CI, CFAO CI, Gras Savoye etc. Le petit fils veut jouer à l’entrepreneur, pourquoi le contrarier ? Avec CEMAC CAPITAL CONGO il peut “intermédier” pour des métaux précieux, des télécoms, du transport et cela au plus haut niveau de l’émirat pétrolier du Congo Brazzaville.

Des millions de FCFA sont investis en terme de publicité propagande chez Radio Nostalgie et ailleurs. Vang’sy UBER Africain c’est vendeur.

 

VERS UN SCANDALE À LA PONZI AU BORD DE LA LAGUNE IVOIRIENNE

Pris de cours par sa mauvaise gestion, Vang’sy a décidé de lever l’épargne des ménages ivoiriens afin de combler ses lacunes en gestion : c’est AFRICAB Invest.
AFRICAB Invest est un artifice monté afin de ne pas perdre l’agrément à l’investissement qui était conditionné à un niveau d’investissement en termes de véhicules et d’emplois.

Cette offre AFRICAB Invest tellement alléchante, garantie par la présence de Ngouli lors de cette cérémonie de levée de fonds, a pu en effet recueillir plus de 700 millions de Fcfa .

Cependant, l’argent n’a pas servi directement à l’achat de véhicules comme promis mais dans un premier temps au remboursement partiel de sa dette sociale dont les fameuses sommes dues aux actionnaires Cemac Capital et Gabrielle Claire Hadja épouse Goma.
Pris en tenaille par les revendications des souscripteurs qui pour la plupart ont souscrit à un prêt bancaire pour participer au placement d’AFRICAB Invest, le Vang’sy a usé de la stratégie de la pyramide de Ponzi : rémunérer les anciens sur la base des cotisations des nouveaux.

Le système ayant atteint ses limites, il a été obligé de recourir au soutien familial c’est à dire le Trésor public congolais pour des montants inconnus.

En résumé, le contribuable Congolais déjà endetté à 120% par la mauvaise gestion de l’oncle Denis Christel Sassou Nguesso devra en l’occurrence supporter le renflouement de la société AFRICAB du petit fils Vang’sy Goma qui est gérée comme une épicerie par son promoteur au mépris des règles élémentaires de la comptabilité.

La crainte qui plane est qu’avec la difficile situation financière  que connaît le Congo, le promoteur fasse perdre aux souscripteurs ivoiriens leur placement sur 3 ans.
La police économique ivoirienne avait d’ailleurs ouvert une enquête préliminaire sur ce dossier,  mais elle a dû vite tempérer ses ardeurs après une intervention venue de très haut après que Vang’sy Goma pris de peur ait pris la clé des champs pour Brazzaville,  et sollicité l’intervention de sa grande mère Ngouli auprès de certaines autorités ivoiriennes.
Ce qui explique en partie la présence d’Hamed Bakayoko à la fête du 15 août à Brazzaville.

Après avoir ruiné les Congolais, les Nguesso exportent leur savoir faire pour ruiner les ménages ivoiriens tout en blanchissant l’argent récolté aux Seychelles et à Maurice.
Maman Blandine Malila et Grand mère Antou braquent le Trésor public congolais et le petit Vang’sy escroque les ménages ivoiriens : c’est beau la famille !

À PROPOS DE VANGSY GOMA

Vangsy Goma diplomé d’une licence Marketing et Management de l’IDRAC en France retourne dans son pays d’origine et intègre dès 2008 [en 2007 ENI fait un don de 8,5 millions euros à Congo Assistance], la fondation Congo Assistance. Il reste en poste pendant plus de 2 ans. Dès 2010, il change de secteur lorsqu’il est embauché par la société nationale pétrolière dirigé par son oncle Denis Christel Sassou Nguesso en tant que responsable du service commercial. A partir de 2012 la société MBTP [au congo depuis 1985], spécialisée en bâtiment et travaux publics, le nomme directeur commercial comme un service rendu pour l’attribution de marché publics juteux des municipalisations accélérés et pour l’entreprise Mère Burotop IRIS. Il y travaille pendant plus de 3 ans. Parallèlement il s’engage avec le fond d’investissement Cemac capital dans son escroquerie Africab.

Leave a Reply

Your email address will not be published.