APPEL DE BERLIN

En 1884, ici à Berlin, le chancelier Bismarck réunissait l’Allemagne, la France, la Belgique, le Portugal, la Hollande, l’Espagne, l’Italie, le Danemark, l’Autriche-Hongrie, l’Empire Ottoman (Turquie), la Russie, la Grande Bretagne, la Suède et les États-Unis d’Amérique, pour établir les règles qui allaient présider à la colonisation de l’Afrique.

 Une question est alors centrale : la libre circulation sur le bassin des grands fleuves et particulièrement la libre circulation sur le Bassin du Congo qui ouvre aux formidables richesses de l’hévéa et du bois précieux dont raffolait l’industrie automobile naissante.

 La rivalité est grande notamment entre la France et l’Angleterre, la France et l’Allemagne, la France et le Roi des Belges. Le Congo, c’est la consolation de la perte de l’Alsace et de la Lorraine pour la France. Le Congo, c’est l’exportation de la rivalité franco-allemande en Afrique. Le Congo enfin, c’est la première guerre mondiale retardée de 26 ans.

 La règle de Bismarck est efficace. Le partage du continent à partir du Bassin du Congo suivra les mêmes règles immuables :

 ● Libre circulation sur les grands fleuves et affluents faisant de facto des fleuves les frontières des colonies. Aucun égard aux/pour les réalités ethnoculturelles, la règle cisaille.

● Traités et contrats avec les potentats locaux pour assurer par la servilité des peuples l’accès aux matières premières mais surtout fournir les supplétifs tortionnaires pour l’inévitable répression.

● La main de fer sur les ports et les couloirs d’évacuation, 133 ans après rien ou presque n’a changé.

Nos grands-pères de Bamedong, de Souanké, d’Ouesso savent le prix du sang de cette rivalité franco-allemande exportée au Congo. Les enfants du Congo savent la corvée, le travail forcé, les concessions Tréchot, Congo-Sangha, etc.

De Bétou à Conkouati, de Boko à Garambinza, partout la règle impitoyable qui se durcit au rythme de la découverte des ressources minières et des aléas des puissances tutélaires. Le Congo, caisse noire de l’Europe, 133 ans après, rien ou presque n’a changé.

Enfin, pour terminer de camper ce sinistre décor, le Roi Makoko qui, dans sa querelle avec le Kongo-Loango, signa la mise sous tutelle française peut-être dans son esprit pour s’assurer la supériorité militaire sur son “ennemi”. Le vassal s’émancipe. Tutelle d’airain, nous sommes livrés à la voracité française sans avoir réellement résisté.

Oui la Conférence de Berlin a été la validation de l’asservissement des Peuples africains, oui la Conférence de Berlin a contribué au pillage de l’Afrique. Mais le Peuple allemand a aussi été victime de la dictature, le Peuple allemand a aussi subi les pires atrocités de l’histoire de l’humanité, le Peuple allemand a subi la guerre imposée par un régime totalitaire. Mais ce Peuple courageux a su montrer au monde entier sa détermination. Il a relevé la tête malgré les souffrances atroces de la dictature, il a combattu corps et âme pour sa liberté et ses droits. Aujourd’hui voilà un Peuple qui a su renaître de ses cendres. Voilà un Peuple redevenu leader en Europe avec une politique saine, basée sur des valeurs de démocratie et des droits de l’homme, un Peuple puissant sur le plan économique. Un modèle pour nous qui luttons contre la dictature du clan Nguesso.

Peuple congolais, il n’y a pas de fatalité.

Berlin 2017, Chancelière Merkel, Sassou Nguesso comme Le Makoko d’hier nous livre depuis 1979 pieds et poings liés sans avoir réellement résisté à la voracité des puissances. Sa milice, véritable résurgence de la troupe coloniale, tient en servitude le Peuple Congolais.
Les ossements de l’envahisseur ont été rapatriés à coup de milliards pour, si nous en doutions, mieux affirmer la domination, l’occupation dont est victime Le Congo.

Sassou Nguesso est un monstre issu du vieux monde, celui de la conférence de Berlin de 1884.

C’est à Berlin que la Colonisation de l’Afrique a été entérinée. C’est donc à Berlin que le Collectif #Sassoufit lance un appel à l’Insurrection Citoyenne qui marquera la naissance de nouvelles règles pour le Congo et pour l’Afrique.

En ce jour et par le sang versé :

● Le Congo s’émancipe définitivement et perpétuellement du traité de 1880 et des traités qui l’ont asservi à la France.

● Renouvelle le constat selon lequel le Congo est de fait en État d’Occupation par une organisation criminelle internationale “Le clan Nguesso” soutenue et armée au titre de la tutelle révoquée ci-dessus.

● Appelle le Peuple et toutes les fractions du Peuple Congolais à la résistance pour mettre fin à l’occupation illégale de notre pays dans les plus brefs délais et par tous les moyens nécessaires.

Un Peuple se libère par des paroles et des actes.

Mes chers compatriotes, aux forces armées, le Consensus de Berlin est désormais caduc. Vous n’avez plus à être les instruments de l’asservissement de votre propre Peuple. L’heure est venue de rejoindre la voie du Peuple, la voie de la démocratie, la voie de la raison. Votre devoir est d’agir aux côtés du Peuple et de combattre les vrais ennemis de la Nation.

Ba Tata, Ba Mama, vous tous qui avez faim et soif de justice et de liberté, levez-vous comme un seul Homme afin que cette longue nuit de 133 ans s’achève et que le Congo resplendisse de nouveau.

Vive Le Congo Libre ! Que Dieu bénisse les Enfants du Congo.

Fait à Berlin Le 08 Avril 2017

La Coordination.

Leave a Reply

Your email address will not be published.